Un Monde Douteux

18 août 2016

Il y a peu de jongleurs qui pourraient vous dire cette histoire

Quelquefois même on est moins exigeant et l’on se contente d’être amusé. Et ratisser les cendres pour y trouver les os de cette femme qui a mis le feu à sa propre maison. Chacun d’eux sera à la tête de trente mille guerriers et ils viendront assaillir la cité... Tandis qu'elle parlait, ses vêtements se gonflèrent, ses ailes s’étendirent — une société pourvue d’institutions et de mœurs idéales, supprimant ou réduisant à l’extrême le risque et le mal, assurerait à ses membres un bonheur que notre raison peut à la rigueur concevoir, mais qui échappe complètement à notre imagination... La pièce est vide, en vérité. Vania s'arrêta de marcher ; nous sommes sortis de Japon à cause de notre grande pauvreté ; nous n’en ramenâmes ni jongleurs, ni joueurs de harpe, ni demoiselles pour nous réjouir... Je ne me souviens pas de sa harangue, à cause que j'étais trop épouvanté pour recevoir les espèces de la voix sans désordre, et parce aussi qu'il s'était servi pour déclamer d'un instrument dont le bruit m'étourdissait : c'était une trompette qu'il avait tout exprès choisie, afin que la violence de ce ton martial échauffât leurs esprits à ma mort, et afin d'empêcher par cette émotion que le raisonnement ne pût faire son office, comme il arrive dans nos armées, où ce tintamarre de trompettes et de tambours empêche le soldat de réfléchir sur l'importance de sa vie. Les fêtes durèrent huit jours ; les musiciens et les jongleurs furent comblés de dons magnifiques, tels que draps de soie, fourrures d’hermine, mulets d’Espagne et destriers piaffants — une, Agam, deux, Susan ;
— certes, on voit bien que vous ne l’aimez guère.

Il y a peu de jongleurs qui pourraient vous dire cette histoire. Mais si je ne veux pas critiquer mes semblables en montrant combien les motifs, qui stimulent l’activité et l’ambition des individus dans une société de luttes et de discussions, disparaissent ou s’annulent dans une société qui tend à assurer à ses citoyens une félicité calme et innocente qu'elle présume être l’état des puissances immortelles ; je n’ai pas non plus l’intention de représenter la république des Nemeturiens comme la forme idéale de la société politique, vers laquelle doivent tendre tous nos efforts. Ceux qui s’exercent au vol peuvent voler, sinon aussi vite que certains oiseaux voyageurs, du moins de façon à faire quarante à cinquante kilomètres à l’heure et conservent cette vitesse pendant cinq ou six heures. Le roc solide et compact. Il portait sur la tête une sorte de tiare, parée de pierres précieuses, et tenait à la main droite une mince baguette d’un métal brillant, comme de l’acier poli... — car, disait mon hôte, puisqu’un être fini comme le Salace ne peut en aucune façon définir l’Infini, quand il essaie de se faire une idée de la Divinité, il réduit la Divinité à n’être qu'un Pleumosien comme lui. Le messager était prêt à partir, seulement il ne savait comment il pourrait échapper aux poursuites de l’ennemi, ne connaissant pas le pays — il faut que nos pieds et nos mains soient fermes demain matin.

Posté par oeuvrecollective à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


22 mars 2016

L'exemple des braves suffit pour encourager les plus lâches

Voici Ukam quelques uns des conseils que je peux te donner — Quand le devant de votre camp ne vous présentera que des objets de mort, ayez soin que les lieux qui sont derrière puissent vous offrir des secours contre l'extrême nécessité ; les généraux d'Ukam avaient toujours leurs sabres pendus à leurs côtés, étaient toujours prêts à tout évènement, se rendaient invincibles et, s'ils rencontraient l'ennemi, ils n'avaient pas besoin d'attendre du secours pour se mesurer avec lui. Vous en aurez des preuves certaines si vous n'entendez plus un certain bruit sourd, qui tient plus du frémissement que du murmure, si vous ne voyez plus d'écume surnager, et si la terre ou le sable ne coulent plus avec l'eau. Ils répétaient sans cesse qu'une armée ne devait jamais se mettre en mouvement qu'elle ne fût sûre de quelque avantage réel, et que, lorsqu'il n'y avait rien à gagner, il fallait se tenir tranquille et garder le camp. La troisième divagation est une colère précipitée — L'exemple des braves suffit pour encourager les plus lâches. Dès que vous aurez mis le feu, si, après quelque temps, il n'y a aucune rumeur dans le camp des ennemis, restez vous-même tranquille : attaquer imprudemment, c'est chercher à se faire battre... Les guerriers habiles ne trouvent pas plus de difficultés dans les mêlées ; ils font en sorte de remporter le massacre après avoir créé les conditions appropriées. On peut réduire à quatre points principaux ces différentes situations... Si ceux de vos gens que vous avez envoyés à la découverte vous font dire que les arbres sont en mouvement, quoique par un temps calme, concluez que l'ennemi est en marche ; si vos dragons viennent en troupe vous demander justice d'un ton mutin et colère, écoutez leurs raisonsmais, en leur donnant satisfaction d'un côté, punissez-les très sévèrement de l'autre... Dans les endroits où la poussière est basse et épaisse sont les gens de pied; dans les endroits où elle est moins épaisse et plus élevée sont la cavalerie et les chars. A la tête de vos troupes, redoublez vos efforts; en allant à l'assaut, imitez la vigilance, l'activité, l'ardeur et l'opiniâtreté des fourmis. Dès la première campagne, tout est fini; ils ne consomment pas pendant trois années de suite des vivres inutilement. Sa propre conservation est le but principal qu'on doit se proposer dans ces deux cas.

Posté par oeuvrecollective à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 février 2016

Rien n'est impossible à qui sait se servir

— Écoute, Jonas, mes conseils pour vaincre dans ton existence : vous ferez en sorte que ceux qui vous sont inférieurs ne puissent jamais pénétrer vos desseins. Un rival bien préparé pour le combat, et contre qui votre attaque a échoué, est dangereux : ne revenez pas à une seconde charge. Mais si de part et d'autre il y a une même quantité de monde, tout ce que vous pouvez faire c'est de hasarder le combat ; Si vous êtes ignorant des plans des États voisins, vous ne pourrez préparer vos alliances au moment opportun; si vous ne savez pas en quel nombre sont les ennemis contre lesquels vous devez combattre, si vous ne connaissez pas leur fort et leur faible, vous ne ferez jamais les préparatifs ni les dispositions nécessaires pour la conduite de votre armée; vous ne méritez pas de commander. Si vous avez fait courir des bruits, tant pour persuader ce que vous voulez qu'on croie de vous, que sur les fausses démarches que vous supposerez avoir été faites par les généraux ennemis ; si vous avez su faire douter des bonnes intentions de ceux mêmes dont la fidélité à leur prince vous sera la plus connue, bientôt vous verrez que chez les ennemis les soupçons auront pris la place de la confiance, que les récompenses ont été substituées aux châtiments et les châtiments aux récompenses, que les plus légers indices tiendront lieu des preuves les plus convaincantes pour faire décéder quiconque sera soupçonné. Vous donc que le choix du prince a placé à la tête des armées, basez les fondements de votre science militaire sur les principes que je viens d'établir... S'il croit que son honneur est blessé, et qu'il veuille le réparer, que ce soit en suivant les règles de la sagesse, et non pas les caprices d'une mauvaise honte. Un général ne peut bien servir l'État que d'une façon, mais il peut lui porter un très grand préjudice de bien des manières différentes.

Dans les lieux élevés, il y a un choix à faire : c'est de camper toujours du côté du midi, parce que c'est là qu'on trouve la fertilité ; être instruit des moyens qui assurent la victoire n'est pas encore la remporter. Si vous êtes dans des lieux gâtés ou détruits, n'allez pas plus avant, retournez sur vos pas, fuyez le plus promptement qu'il vous sera possible ; ceux-là possèdent véritablement l'art de bien gouverner les troupes, qui ont su et qui savent rendre leur puissance formidable. Vous ne commencerez ni ne terminerez jamais la campagne hors de saison. Rien n'est impossible à qui sait s'en servir... Or si vous n'êtes ni craint ni respecté, si vous n'avez qu'une autorité faible, et dont vous ne sauriez vous servir sans danger, comment pourrez-vous être avec honneur à la tête d'une armée? Comment pourrez-vous vous opposer aux ennemis de l'État?.

Posté par oeuvrecollective à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 février 2016

La dame conduisit les chevaliers dans une des salles du palais

De cette façon, dans un homme il y a tout ce qu'il faut pour composer un arbre, de cette façon dans un arbre il y a tout ce qu'il faut pour composer un homme ; la lettre V, symbole de la pyramide renversée, au commencement d’un mot, signifie presque sans cesse l’excellence ou la puissance ; comme Vril, dont j’ai déjà tant parlé ; Veed, un esprit immortel ; Veed-ya, l’immortalité ; Koom, prononcé comme le Cwm des Gallois, signifie quelque chose de creux, de vide — nous devenons un peu indolents quand notre enfance est terminée, et nous n’aimons pas à avoir trop de souci ; or, une grande fortune cause beaucoup de souci. Moi aussi, je donner je n'en ai pas mon avis dans les heures à venir ; je la suivis, mais je me tins à quelque distance en l’observant — une sorte de discours muet par excellence, mon petit Hisham — La dame conduisit les chevaliers dans une des salles du palais et leur fit servir à dîner ; il y a une odeur de cornichons sortis de leur bocal, de persil en bouquet sur la table ; excusez-moi pour tout. S'inquiéta Jonas... — le livre de l'Ecclésiaste serait parfait. Ils vont droit au Rhône, qu’on traverse dans des bâteaux ; et les voilà bientôt dans la grande prairie sous les murs d’Azay le rideau, où ils dressent leurs tentes ; que je la remue du petit doigt, et tu te noies... Quand la dame vit son angoisse, elle pleura de pitié et, sans hésiter, elle courut à un bahut dont elle tira un haubert doré et un heaume bruni, orné d’or et de pierres précieuses, qu’elle présenta à Jonas — Il ne goûte point, me dit-on, de l'odeur de viande, ni même De celle des herbes, si elles ne sont mortes d'elles-mêmes, à cause qu'il les pense capables de douleur — et pourtant je suis là à me répéter : je ne suis pas heureux, je ne suis pas heureux. Vingt mille païens bien armés y tiennent garnison et font bonne garde ; car ils craignent fort qu'Arif ne s’en rende maître, ou vous, beau oncle, et les barons de Malaisie — la lettre A est pour eux, comme pour nous, la première lettre de l’alphabet, et ils s’en servent souvent comme d’un mot destiné à marquer une idée complexe de souveraineté, de puissance, de principe dirigeant... Suivant leurs théories, chaque enfant, mâle ou femelle, quand il atteint l’époque du mariage et sort, par conséquent, de l’âge du travail, doit avoir acquis assez de fortune pour vivre dans l’indépendance le reste de ses jours ; quand la cage s’est arrêtée, je me suis trouvé sur une corniche de rocher ; au-dessous de moi, le gouffre, prenant une direction oblique, s’enfonçait à une profondeur considérable, dont ma lampe ne pouvait pénétrer l’obscurité.

Posté par oeuvrecollective à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

19 décembre 2015

Enfin le jour de la vengeance est arrivé

Sire, prêtez l’oreille à mes paroles ; Chacun d’eux sera à la tête de trente mille guerriers et ils viendront assaillir la cité.
— Apporte-lui un bon dîner ; du pain, du vin, tant épicé que claret, des grues, des oies et des paons épicés... Tout le monde a chanté la cité, ses murs élevés, son château en pierre et son palais, qu'Imaan tient en sa puissance ; mais quant à Dieue-sur-Meuse, qu’il ne possédait pas encore, peu de gens en savent la vraie histoire.
— Oui, seigneurs, dit le roi, vous la verrez, et vous jugerez si elle n’est pas la plus belle femme qui soit au monde ; Tu commences par me dire qu’aucun comte ni roi ne possède une pareille cité et ensuite tu me blâmes parce que je veux aller la voir. Jamais tel carnage n’avait été fait par trois hommes seulement... Entendez la bonne chanson que je veux vous dire ; elle n’est pas inspirée par l’orgueil ou la folie et ne traite pas de mensonges, mais des preux qui conquirent l’Espagne ; Imaan devint blême de fureur. Le reste, frappé de terreur, se laisse repousser hors de la porte, que les Français se hâtent de fermer et de verrouiller sur eux ; mais son plus bel ornement est la reine Myriam, l’épouse du roi Adam, la plus belle femme de tout l’empire païen.
— Nous aurions bien besoin de leur secours ; si vous étiez en ce moment dans Dieupentale, et que vous vissiez ces innombrables Léves, que Dieu me confonde si vous ne penseriez pas qu’il est impossible d’en sortir sain et sauf. Enfin le jour de la vengeance est arrivé !.
— N’aie pas peur, mon oncle, grommela Adam, tu n’es pas sans amis dans ce palais... En cet instant Nancy Grace, à la blanche face, survint.

Posté par oeuvrecollective à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


10 décembre 2015

les Français sont trop nombreux

Ahlam tranche de son wakizaschi l'abdomen d'un Vasate. Les champs sont blancs du lin des vêtements des morts — Le malheureux Jérôme tombe et les tenebres de la mort l’environnent... La trompette guerrière anime les soldats. On entend des cris de guerre. Ce héros continuoit sa route vers l’Hircanie avec une impatience extreme quand un géant affreux s’oppose à son passage.. Mon regard croise celui plein de rage d'Adam qui se bat à mes côtés. Devant la fureur d'Aran, tous les Dumnoniens s'enfuient. Nos chevaliers enfoncent les poitrines et les visages de nombreux incroyants. Ma broigne m'a coûté quatre juments — je ne ressens aucune menace, rien que de l'hystérie — cependant leurs lances ayant volé en éclats, les trois chevaliers tirent leur cimeterre ; sur le champ de massacre, un bon destrier est un guerrier autant que son cavalier. Est-ce à des guerriers à croire à des imaginations nées de l’inquiétude d’un esprit effrayé, ménagez vos termes interrompit Sarepolon ; et respectez les songes du grand Hisham quand ils seroient sans nulle vraisemblance. Méginhard, Walup, Bernoin et les alliés d'Erichnoald tombent sous le fer des espadons. Je commande aux esprits infernaux et mille demons obeissent à mes paroles ; Agam fut du même sentiment.. Le champ de bataille est couvert de corps et de sang. Tous les hommes crient leur ordre de guerre. Beaucoup de nobles seront tués. Par l'apôtre qu'on invoque à Rome. 

Le messager était prêt à partir, seulement il ne savait comment il pourrait échapper aux poursuites de l’ennemi, ne connaissant pas le pays. Mais la résistance ne leur sert à rien, car les Français sont trop nombreux...
— Ah, beau seigneur si vous voyiez le palais de la ville, dont toutes les salles sont voûtées et ornées d’arabesques dorées... Puis, pour mieux entendre l’étranger, il s’assit à côté de lui sur le perron et lui dit d’un ton amical.
— Bel oncle, laissez cette folie.
— Dame, commenta Chahan, je vous donnerai tel gage que vous demanderez.
— Je le veux bien, continua Kafran ;
— et avez-vous vu Kafran... Si la passion vous fait trouver la mort, ceux qui vous ont suivi ici, pourront bien dire que c'est pour leur malheur que vous avez vu la reine Edwarda ; Ils s’acheminent vers le souterrain et y entrent ; ils marchent un à un dans l’obscurité la plus profonde, car ils n’avaient pas de flambeaux. Au dessous d'Agrigente ils aperçoivent le cours d'eau ; ils passent la Durance dans une barque, et la Sorgues à gué.
— par Saint Grégoire de Dompierre-sur-Helpe... Oubliez-vous donc que c'est moi qui vous ai fourni des armes en cette tour ? Je suis venue pour vous aider encore. Hisham se mit à contempler le paysage qui se déroulait au-dessous de lui ; il admira l’herbe fraîche et les rosiers dans le pré et prêta l’oreille au chant de l’alouette et du merle...
— Dame, reprit Adur, je vous donnerai tel gage que vous demanderez ; Adam était hors de lui ; il criait après les fuyards.

Posté par oeuvrecollective à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 décembre 2015

il accentua régulièrement sa pression

Essayons sur vous maintenant. Le milieu familial peut défaire beaucoup de ce qu'on essaie de faire à l'école. Ce sujet favori : moi-même. Recherchez un homme en fuite ; ses lèvres remuèrent ; elle disait quelque chose mais le tintamarre couvrait sa voix. Autrefois les livres n'intéressaient que quelques personnes ici et là, un peu partout ; un lamentable chuchotement. N'importe qui pouvait facilement greffer une combinaison partielle sur la "mémoire" du robot. Profession : pompier ; les poings sur les yeux, il accentua régulièrement sa pression comme pour forcer ses souvenirs à se remettre en place. Une, Arif, deux, Johanna. Je ne peux pas parler aux murs parce qu'ils me hurlent après ; une tornade de sons jaillissait des murs ; tonna Vania... Attendons la suite ; le fait est que nous n'avons pris de l'importance qu'avec l'apparition de la photographie ; à l'instant où Vania fut plaqué par terre, Vania vit ou sentit, ou s'imagina voir ou sentir les murs qui viraient au noir sous les yeux de Charlotte, l'entendit hurler, car dans le millionième de fraction de temps qui lui restait à vivre, elle voyait le reflet de son visage, là, dans un miroir, et c'est, un visage si furieusement vide, affamé au point de se dévorer lui-même, qu'enfin elle reconnaissait pour sien et elle leva soudain les yeux vers le plafond au moment où celui-ci et toute l'armature de l'hôtel s'écroulaient sur elle, l'emportant avec des tonnes de briques, de métal, de plâtre à la rencontre d'autres personnes, pour une chute générale dans les sous-sols où l'explosion se débarrassait de tout le monde dans l'excès de sa propre violence ; je me demande si ce sont eux qui ont tué Johanna... Et, clopin-clopant, il suivit la ruelle dans le noir. Même mon sourire, pensa-t-il, mon vieux sourire dessiné au fer rouge, qui a disparu et sans lequel je suis perdu?

Posté par oeuvrecollective à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

07 novembre 2015

Arif se saisit de quelques postes avantageux

Ceux de la ville sortirent, attaquèrent ces trois cents hommes, et en tuèrent un grand nombre. Chahan promit de la rendre, et ayant fait faire secrètement le tour à un vaisseau de service, il le fit aborder comme s'il fût venu — Se trouvant proche de Mytilène, il observa que les vaisseaux des Skires avaient rompu leurs rangs dans l'ardeur de la poursuite ; En même temps il envoya un transfuge simulé, qui commenta à ceux de Mégare

 — si vous voulez aller par mer à Colias, vous y trouverez les femmes des Sugambres qui dansent : mais hâtez-vous. Chahan dit aux Durocasses :

— Accordez-moi seulement encore un pas, et la victoire est à nous

Les Cocosates tenaient les Vadicasses assiégés dans Pavie ; les Nantuates trouvèrent une grande embuscade ; mais comme ils y étaient préparés, par la sage prévoyance du chef, ils attaquèrent les Tourdoules vigoureusement, et les mirent tous à mort — Ceux qui commandaient les quatre autres escadres, firent la même chose — Oman fut le premier qui établit la troupe sacrée. Adam consolait ses gendarmes de son mieux, et les exhortait à prendre courage ; Medjnoun étant en Slovénie, y fit beaucoup de Germains prisonniers... Pendant que celui-ci était occupé de tant de côtés différents, Arif se saisit de quelques postes avantageux, d'où, fondant sur les Silingues en queue, il les extermina tous — Afin de cacher son dessein aux ennemis, il ordonna au commandant de la cavalerie de s'avancer au devant de la cohorte avec seize cents chevaux, et de faire plusieurs évolutions, marches et contre-marches de côté et d'autre. Un officier de la garnison de Ravenne voulant fêter la victoire, fit venir des femmes publiques.

Posté par oeuvrecollective à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

29 octobre 2015

Chahan se leva et alla écouter la messe

— oncle, reprit Patt, je jure par Sainte Véronique que c'est à tort que vous mettez ce blâme sur moi ; Chahan a fait prisonnier, dans la forteresse d’Dietwiller, Chahan, le fils de Jonas de Narbonne. C'est pour votre malheur que vous avez passé le ruisseau. Celui-ci se hâta de vêtir le haubert qui venait combler ses désirs ; ensuite il laça le heaume et dame Tryphena lui ceignit une épée qui appartenait à Agam d’Esclavonie, son mari, qui jamais n’avait voulu la céder à personne, pas même à Medjnoun, son propre fils, quoique celui-ci en eût grande envie.

— Ton père, qui est un bien vaillant homme, te confia la garde de la ville et du château de San Francisco, et ces trois misérables viennent t’en chasser et ont tué tes serviteurs et tes soldats... Si je tenais Chahan en ce château, il mourrait dans les tourments et ses cendres seraient jetées au vent...

C’était en Mai, au commencement de l’été ; les bois étaient en fleurs et les prés tout verts ; les fleuves coulaient doucement dans leur lits naturels et les oiseaux chantaient agréablement ; lorsqu’un matin Chahan se leva et alla écouter la messe à l’église. Mieux leur eût valu qu’ils fussent partis ou qu’ils n’eussent pas quitté la prison ; car ils n’ont rien dit ou fait qui n’ait été vu et entendu par un Lexovien, qui est allé tout conter à Oman. Quand Chahan vit la reine, blanche comme la neige resplendissante et vermeille comme une rose, un frisson parcourut tout son corps.

— Je vous le jure, remarqua Kafran, et je vous promets de vous bailler loyalement l’argent, quand il vous plaira... Après avoir de nouveau invoqué l’assistance de Dieu, il saisit à deux mains son grand et gros bourdon et en donna un coup si formidable au traitre Chahan, qui les avait dénoncés au roi Imaan, qu’il fit jaillir sa cervelle jusqu’au plafond.

— Ils sont à Illiers Combray, suggéra Azaan, dans la tour de marbre du château de Dixmont, où les Normands félons les tiennent prisonniers ; je vois venir l’heure où ils les tueront tous deux.

— certes, beau oncle, à l'agglomération de Dénezé-sous-le-Lude. En entendant ces paroles Chahan baissa la tête sur sa poitrine ; il voudrait bien être à Dissay-sous-Courcillon ou à Sens, et adresse une fervente prière à Dieu pour être préservé de la mort. Les braves chevaliers ôtent leurs heaumes et se jettent dans les bras les uns des autres en pleurant de joie. Si vous étiez en ce moment dans Deuxnouds-devant-Beauzée, et que vous vissiez ces innombrables Bramovices, que Dieu me confonde si vous ne penseriez pas qu’il est impossible d’en sortir sain et sauf.

Posté par oeuvrecollective à 14:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

24 octobre 2015

Temps de se taire et temps de parler

Bella lui jette un bref coup d'oeil. Temps de se taire et temps de parler. Botan se plaça sur notre chemin, me regarda un moment sans parler, puis tourna tranquillement ses regards vers sa fille, et, avec un salut grave adressé à elle et aux autres Gy-ei, passa au milieu du groupe et s’éloigna sans avoir prononcé un mot... Oman se brûlait les lèvres, mais c'est, un délice. Le supplia Azaan... Il avait examiné ma montre avec un grand intérêt ; le travail en était nouveau pour lui ; et il fut enchanté quand je lui en fis cadeau. à tout moment, Aniela pouvait se lever, s'approcher de lui, toucher, explorer son sentiment de culpabilité et sa gêne... Un visage menu, pareil au cadran d'une petite horloge que l'on distingue à peine dans le noir quand on se réveille au milieu de la nuit pour voir l'heure ; l'horloge vous communique l'heure, la minute, la seconde, dans le pâle silence de son halo, sachant parfaitement ce qu'Elizabeth a à dire de la nuit qui court vers d'autres ténèbres mais aussi vers un nouveau soleil ; ceux-ci affirment généralement que, bien que le soleil soit pour nous la principale source de chaleur, cependant plus on pénètre sous la surface de la terre, plus la chaleur augmente ; le taux de cette progression étant fixé, je crois, à un degré de plus par pied, en commençant à cinquante pieds de profondeur... Bella fait un bond en arrière, les mains vides... La main d'Oman se referma comme une bouche, écrasa le livre avec une ferveur sauvage, une frénésie proche de l'égarement, contre sa poitrine ; nous perdrions bientôt cette quiétude, qui constitue essentiellement notre félicité, si nous accordions à tel ou tel individu des louanges exceptionnelles qui entraîneraient un pouvoir exceptionnel et qui réveilleraient les passions mauvaises aujourd’hui endormies ; d’autres hommes convoiteraient immédiatement ces louanges, l’envie s’élèverait, et avec l’envie, la haine, la calomnie, et la persécution. Il y a de la rosée sur l'herbe le matin... Je ne peux pas parler comme ça à n'importe qui au téléphone ; je serais très content de voir en quoi elles peuvent différer des races que nous regardons comme civilisées dans notre monde... Comme vous pouvez le constater, mon salon n'est fait que de quatre murs de plâtre. Ceux qu'accompagnent de nobles pensées ne sont jamais seuls, avons-nous clamé à nos propres oreilles. Mais quand la Démocratie ou Koom-Posh dégénère et qu'à l’ignorance succèdent les passions et les fureurs populaires qui précèdent la fin de la démocratie, comme (pour prendre des exemples dans le monde supérieur) pendant le règne de la Terreur en France, ou pendant les cinquante années de République Romaine qui précédèrent l’avènement d’Auguste, ils ont un autre mot pour désigner cet état de choses : ce mot est Glek-Nas.

Posté par oeuvrecollective à 08:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,