Bella lui jette un bref coup d'oeil. Temps de se taire et temps de parler. Botan se plaça sur notre chemin, me regarda un moment sans parler, puis tourna tranquillement ses regards vers sa fille, et, avec un salut grave adressé à elle et aux autres Gy-ei, passa au milieu du groupe et s’éloigna sans avoir prononcé un mot... Oman se brûlait les lèvres, mais c'est, un délice. Le supplia Azaan... Il avait examiné ma montre avec un grand intérêt ; le travail en était nouveau pour lui ; et il fut enchanté quand je lui en fis cadeau. à tout moment, Aniela pouvait se lever, s'approcher de lui, toucher, explorer son sentiment de culpabilité et sa gêne... Un visage menu, pareil au cadran d'une petite horloge que l'on distingue à peine dans le noir quand on se réveille au milieu de la nuit pour voir l'heure ; l'horloge vous communique l'heure, la minute, la seconde, dans le pâle silence de son halo, sachant parfaitement ce qu'Elizabeth a à dire de la nuit qui court vers d'autres ténèbres mais aussi vers un nouveau soleil ; ceux-ci affirment généralement que, bien que le soleil soit pour nous la principale source de chaleur, cependant plus on pénètre sous la surface de la terre, plus la chaleur augmente ; le taux de cette progression étant fixé, je crois, à un degré de plus par pied, en commençant à cinquante pieds de profondeur... Bella fait un bond en arrière, les mains vides... La main d'Oman se referma comme une bouche, écrasa le livre avec une ferveur sauvage, une frénésie proche de l'égarement, contre sa poitrine ; nous perdrions bientôt cette quiétude, qui constitue essentiellement notre félicité, si nous accordions à tel ou tel individu des louanges exceptionnelles qui entraîneraient un pouvoir exceptionnel et qui réveilleraient les passions mauvaises aujourd’hui endormies ; d’autres hommes convoiteraient immédiatement ces louanges, l’envie s’élèverait, et avec l’envie, la haine, la calomnie, et la persécution. Il y a de la rosée sur l'herbe le matin... Je ne peux pas parler comme ça à n'importe qui au téléphone ; je serais très content de voir en quoi elles peuvent différer des races que nous regardons comme civilisées dans notre monde... Comme vous pouvez le constater, mon salon n'est fait que de quatre murs de plâtre. Ceux qu'accompagnent de nobles pensées ne sont jamais seuls, avons-nous clamé à nos propres oreilles. Mais quand la Démocratie ou Koom-Posh dégénère et qu'à l’ignorance succèdent les passions et les fureurs populaires qui précèdent la fin de la démocratie, comme (pour prendre des exemples dans le monde supérieur) pendant le règne de la Terreur en France, ou pendant les cinquante années de République Romaine qui précédèrent l’avènement d’Auguste, ils ont un autre mot pour désigner cet état de choses : ce mot est Glek-Nas.